Les jussies

Qu'est-ce qu'une espèce invasive végétale?

Par ce terme, on désigne les espèces introduites qui se naturalisent, s’adaptent au nouveau milieu et se reproduit de manière incontrôlable au risque de porter atteinte aux écosystèmes locaux et de menacer la biodiversité d’origine.


"LA BEAUTÉ DU DIABLE".

La jussie développe de très jolies fleurs jaunes, très décoratives. Elle est surnommée "la beauté du Diable" car elle est par endroits un véritable danger. Dans les eaux calmes,  un bout de tige, de quelques centimètres de long en début de printemps, peut recouvrir plusieurs mètres carrés quelques mois plus tard ! La plante forme alors en  surface un tapis épais, empêchant la lumière de pénétrer en profondeur.
RÉSULTAT : plus aucune plante ne peut survivre en dessous, l’oxygénation du milieu diminue…
Et pour peu que la jussie soit fragmentée par le passage d’un ragondin ou la chute d’une branche, chaque fragment va devenir une nouvelle bouture, susceptible de croître à son tour  démesurément, quelque part en aval…

D'où vient-elle?

Elle a été importée d'Amérique du Sud au XIXème siècle, pour des bassins d'ornement. De nos jours, la commercialisation de cette plante, appréciée pour ses qualités ornementales, constitue un autre mode de dissémination dans la nature.

Pourquoi sa reproduction pose-t-elle problème?

Les jussies forment des tapis flottants denses. Leurs tiges se développent de 3 mètres de profondeur à 80 cm au-dessus de la surface. La jussie est douée de capacités de développement phénoménales!
 

Où la trouve-t-on?

Naturalisée dans le Gard et l’Hérault, elle est considérée comme envahissante sur la façade atlantique. Elle est présente surtout dans le Sud, mais des foyers continentaux au Nord existent : Allier, Brenne, Bassin Parisien. Même si les jussies préfèrent les milieux stagnants ou à faible courant, comme elles ne sont pas très exigeantes, elles s’adaptent remarquablement bien dans de très nombreux endroits. Un herbier très dense se constitue en un réseau inextricable de grosses tiges rigides et ramifiées.

Impacts ou nuisances :
 -  Mauvais écoulement et drainage
 - Augmentation du comblement des fossés et perturbation de la pratique de la pêche et de la navigation.
  - Banalisation écologique des écosystèmes.
Compétiteur très efficace des espèces indigènes, elle est capable de faire régresser et disparaître l’ensemble des hydrophytes enracinées et une partie des hélophytes de petite taille des bords d’eau. Avec sa remarquable capacité d’adaptation, la compétition avec les plantes indigènes est vite remportée. L’impact écologique est immédiat… Les jussies remplacent progressivement les espèces locales et la biodiversité se réduit. Des espèces disparaissent comme les myriophylles qui hébergeaient une microfaune servant de nourriture aux poissons.
En outre, les herbiers denses influencent fortement la qualité physico-chimique des eaux, en particulier la teneur en oxygène dissous et le pH.
Quand la teneur en oxygène dans l’eau baisse en dessous de 2 mg/l, aucun poisson ne survit !

Sources :
http://www.clemi.ac-aix-marseille.fr

http://perso.orange.fr/federation.sepanso/

 


Réagir

CAPTCHA