Poissons

Les salmonidés - La truite fario

 

Truite Fario

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

Morphologie

La truite fario a un corps élancé, une tête relativement grosse et une bouche largement fendue, armée de petites dents acérées.

On note l’existence entre les nageoires dorsale et caudale d’une petite nageoire appelée adipeuse.

 

Couleur

La coloration varie en fonction de l’habitat.

Généralement, le dos est foncé et s’éclaircit sur les flancs et le ventre.

Des points noirs et parfois rouges maculent les flancs.

 

Taille

Elle varie selon les milieux : la truite des ruisseaux de montagne atteint à peine 20 cm, alors que celle des plaines peut mesurer jusqu’à 60 cm.

 

Habitat: dans des eaux de très bonne qualité !

La truite fario est une espèce sédentaire qui aime les eaux froides et courantes et surtout bien oxygénée.

On la rencontre donc de préférence dans la partie supérieure des bassins hydrographiques, dans des rivières dite de première catégorie.

Elle s’adapte malgré tout aux eaux fermées et dormantes des lacs.

 

Mode de vie

Solitaire, elle choisit une cache sous les rochers ou les berges creuses ou à proximité d’un herbier, là où le courant s’amortit.

 

Nourriture

De son territoire de chasse, elle attrape un grand nombre de proies animales : vers, insectes aquatiques ou aériens, crustacés,  petits poissons (vairons, chabots, alevins de perche …)

 

Reproduction

La ponte est hivernale (d’octobre à février) dans des eaux froides, et à fonds de gravier (Voir notre rubrique sur les frayères !)

La femelle creuse une cuvette où elle expulse ses œufs (2 000 par kilo de poids) aussitôt fécondés par le mâle.

Ils sont ensuite recouverts de graviers fins pour les protéger du courant et des prédateurs.

La durée de l’incubation est de 40 jours environ.

Les œufs éclos, les alevins utilisent leurs propres réserves nutritives contenues dans la vésicule vitelline jusqu’à la sortie du nid vers la lumière appelée émergence.

 

 

Les cyprinidés - le barbeau

 

 

le barbeau

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Morphologie

Le barbeau a une forme élancée avec un corps allongé, puissant et cylindrique.

Sa tête longue à museau allongé est munie d’une bouche aux lèvres épaisses garnies de 2 paires de barbillons.

Les écailles bien insérées dans la peau sont de taille moyenne.

 

Couleur

La coloration brune verte à reflets métalliques sur le dos devient plus dorée sur les flancs et blanchâtre sur le ventre.

Les nageoires caudale, anale et pelviennes sont orangées.

 

Taille

Il peut atteindre 50 cm.

 

Habitat

Le barbeau fluviatile fréquente les rivières à courant rapide et riches en oxygène avec des fonds de roches ou de sable.

 

Mode de vie et nourriture

Vivant en bancs, il recherche sa nourriture en fouillant le fond et la détecte grâce à ses barbillons.

A l’aide de sa bouche en forme de suçoir, il aspire vers, larves, insectes, mollusques …

 

Reproduction

La ponte se déroule de mai à juillet.

Les adultes émigrent à la recherche de frayère, fonds de graviers ou de cailloux.

Le mâle arbore une livrée de noce et la femelle pond 3 000 à 9 000 œufs visqueux qui adhèrent au fond.

L’incubation dure, suivant la température, de 10 à 15 jours.

Une fois la vésicule vitelline résorbée ; les jeunes se mettent à la recherche de plancton.

 

 

 

Les thymalidés – L’ombre commun.

 

Ombre commun

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Morphologie

Ce très beau poisson a un corps fusiforme, élancé et recouvert de grandes écailles.

Il est doté d’une petite bouche et d’une tête pointue.

La nageoire dorsale caractéristique haute et longue lui vaut parfois le surnom de " porte étendard".

 

Couleur

La coloration de la robe est variable selon les milieux : de gris bleuté au brun vert avec des flancs argentés ponctués de points noirs, un ventre blanc, et surtout une nageoire dorsale rayée de rouge orangé.

Le mâle en livrée de noce est toujours vivement coloré.

 

Taille

En général, l’ombre commun ne dépasse pas 40 cm.

 

Habitat

C’est un poisson grégaire qui fréquente les eaux pures, fraîches (autour de 18°C), bien oxygénées, à fond de galets, de graviers, ou de sable, avec un courant fort.

 

Nourriture

Il se nourrit essentiellement d’invertébrés (mollusques, crustacés, insectes …)

 

Reproduction

La fraie se produit en mars avril.

La femelle pond ses œufs et le mâle, après les avoir fécondés, les recouvre de gravier ou de sable.

L’incubation dure 15 à 20 jours.

Les alevins séjournent ainsi recouverts de substrats jusqu’à la résorption complète de leurs réserves vitellines.

 

Les cyprinidés - La brême

 

la brême

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Morphologie

Le corps de la brème est haut, comprimé et couvert de grandes écailles.

La bouche protractile est dépourvue de barbillons.

 

Couleur

La coloration verte bronze du dos s’éclaircit sur les flancs, le ventre est blanchâtre et les nageoires sont grises.

 

Taille

Elle mesure de 30 à 40 cm.

 

Habitat

C’est un poisson grégaire qui vit dans les eaux calme des étangs, des lacs, des canaux, ou lentes des rivières et fleuves de plaine.

 

Nourriture

Elle fouille les fonds vaseux à la recherche de nourriture et prélève vers, larves d’insectes, crustacés et débris de plantes aquatiques.

 

Reproduction

Au printemps, d’avril à juin, lorsque l’eau se réchauffe, la ponte a lieu.

Chaque femelle dépose environ 30 000 œufs par kg de poids dans les herbiers auxquels ils adhèrent.

Les mâles portent de nombreux boutons de noce sur tout le corps et surveillent les frayères durant l’incubation.

Les œufs éclosent au bout de 12 jours et les larves demeurent fixées à leur support jusqu’à la résorption de leur vésicule vitelline.

Elles se nourrissent ensuite de zooplancton.

 

 

 

 

Les gastéronidés - L’épinoche

 

En haur mâle, en bas femelle

épinoche                                                                          

                                              

 

 

 

 

 

                                                

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Morphologie

L’épinoche a un corps allongé et comprimé latéralement, un museau pointu.

En avant de la nageoire dorsale, elle porte 3 épines ou aiguillons mobiles.

La nageoire pelvienne est remplacée par des épines.

Le corps ne possède pas d’écailles, mais il est protégé par des petites plaques osseuses (écussons) placé le long de la ligne latérale.

 

Couleur

Le dos est gris bleu, les flancs gris métalliques, le ventre blanc et les nageoires translucides.

 

Taille

La taille de l’épinoche d’eau douce varie entre 4 à 8 cm.

 

Habitat

L’épinoche fréquente les eaux douces et stagnantes ou un peu courantes, mais aussi les eaux saumâtres et marines.

 

Mode de vie

Il existe des formes sédentaires en eaux douces et des formes " anadromes" ou  "potamotoques"  (croissant en mer et frayant en rivière) en eaux saumâtres.

 

Nourriture

L’épinoche est un carnassier très vorace qui se nourrit de crustacés, d’insectes, d’œufs et d’alevins de poissons.

 

Reproduction

Au moment de la fraie (avril-mai), le mâle revêt une livrée de noce : il se pare de couleurs vives bleu et rouge.

Il construit un nid fait de débris végétaux liés entre eux par un produit secrété par ses reins.

Après une parade nuptiale, il attire successivement plusieurs femelles qui pondent 100 à 400 œufs, puis les chasse.

Les œufs sont fécondés par le mâle qui défend son territoire avec agressivité.

L’incubation dure 4 à 10 jours et les jeunes restent sous la garde vigilante du mâle environ 1 semaine.


Réagir

CAPTCHA